Il le conduisit a la porte et fit silencieusement glisser un guichet dans une rainure


Ce chapeau portait un crepe. Mais j’ai la-dessus mon idee; et mon idee, c’est qu’il y a des chasses qu’on ne doit faire que tout seul et des paroles qu’un homme ne doit dire qu’a lui-meme, comme fait par habitude mon ami Parlo-Soulet. Cette conviction le rassure, bien qu’il ne reussisse pas a decouvrir dans sa veste neuve de civil le recu de la consigne. L’Ogre, le monstre, frappe a la tete, emplissait la largeur du chemin de son grand cadavre noir. .

et que _preutretre_, alors, il aimerait mieux la croix–qui lui donnerait moins de travail. Or l’etat de domestique semble deshonorant a nos Meridionaux en general; mais Maurin proteste, disant que tout le monde est au service de tout le monde.

Le ton employe par l’inconnu parut faire une forte impression sur les soldats. Il fut benedictin. . Chose ignoble: par la seule impuissance de payer un maitre qui instruise, une somme qui dispense, il faut se faire tuer pour les autres, les riches, les laches. Pouvez-vous nous les faire connaitre? –Je n’ai aucune raison pour vous en faire un secret, d’ailleurs elles regardent des personnes que vous aimez. Il songe a la table illuminee, au gateau de Savoie supportant une figurine en platre, nantie d’un cierge et d’un missel. . Il y eut un long silence entre les trois interlocuteurs. Il parla de choses indifferentes, puis fixant sur sa femme des regards qui voulaient paraitre langoureux, il dit: –Vous devez etre bien fatiguee, mon amie. Ses grands yeux noirs sont humides; des luxures dorment dans sa criniere d’or; sa poitrine semble, a chaque instant, devoir saillir du corsage, et les pointes rosees decouvertes par les sursauts des hilarites reclament les caresses de bouches aimantes.

Et qu’a-t-il repondu, le gueux? –Qu’il savait ou il allait: que ca ne regardait personne. La tete rejetee en arriere, elle voyait, au-dessus d’elle, le visage de Maurin, ses yeux ardents, son air de libre et energique chasseur, et elle lui dit: –Je ne sais ce que tu dis, Maurin.

Allez toujours.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.